F
Cliquez pour voir la bande annonce
Les Camarades
Italie/France | 1963 | 02h10
Réalisation : Mario Monicelli
Avec : Marcello Mastroianni, Renato Salvatori, Bernard Blier, Annie Girardot
A la fin du XIXème siècle, dans une fabrique textile de Turin, les ouvriers, soumis à un rythme de travail infernal, voient se multiplier les accidents. Trois d’entre eux entrent en conflit avec le contremaître à la suite d’un nouveau drame. Il est alors décidé, en guise de protestation, que tous partiront une heure plus tôt ce soir-là. Mais cette action n’est pas du goût des patrons, qui profitent de l’inexpérience de ces hommes simples pour les berner. Les sanctions tombent. L’instituteur Sinigaglia, un militant socialiste, fraîchement débarqué de Gênes, pousse les ouvriers à s’organiser…

Tout le film oppose et questionne la notion de l’individu et du collectif. Le collectif ne fonctionne dans un premier temps que pour l’entraide (les collectes quotidiennes pour les ouvriers accidentés) et courber l’échine. L’habitude de la soumission et l’avenir incertain anéantissent les timides tentatives de rébellion. Monicelli fragmente l’unité fragile par sa mise en scène, avec un montage séparant les ouvriers lorsqu’ils s’allient pour terminer une heure plus tôt. Le malheureux Pautasso (Folco Lulli), désigné pour sonner l’alarme de ce départ anticipé, est, dans une composition de plan saisissante, associé à un enfant pris en faute par les adultes pour cette initiative finalement solitaire. Les entrevues (ou du moins tentatives) entre les travailleurs et les patrons relèvent de ce rapport de forces biaisé que Monicelli traduit également par l’image. La première rencontre se fait avec un sous-fifre méprisant et voit les revendications (avancées de manière trop respectueuse) bloquées dans une dimension spatiale où la simple parole d’un individu "supérieur" leur interdit l’accès au bureau. Lorsqu’ils reprennent le cours de leur demande durant la même scène, il s’agira d’un monologue dans le vide puisque l’interlocuteur s’est éclipsé à leur insu, dans le plus grand mépris de cette parole modeste. La seconde entrevue est plus vicieuse encore, jouant d’un dialogue paternaliste et condescendant des patrons avec à nouveau un rapport spatial plus classique mais significatif (les patrons assis à leur bureau et les ouvriers debout et penauds) témoignant du déséquilibre de ce rapport de forces. C’est d’ailleurs une notion qui se prolonge à toutes les strates du pouvoir, le vieux patron d’entreprise faisant preuve d’un dédain qui passe par les mêmes idées formelles. Il domine ses subalternes tout en étant cloué dans son fauteuil roulant et il interdira à l’un d'eux l’accès aux festivités de son foyer (pour tenue inappropriée) tout comme celui-ci avait plus tôt bloqué son bureau aux ouvriers.

Justin Kwedi, DVDCLASSiK
Cinéma Quai Dupleix 
38, boulevard Dupleix 
29000 Quimper 
tél: 02 98 53 40 05
Plan d'accès

télécharger le programme
Association Gros Plan 
38, rue des Réguaires
29000 Quimper 
tél: 02 98 53 74 74 
Nous contacter
Plan d'accès

Adhérer à Gros Plan :

télécharger le formulaire

NEWSLETTER
s'inscrire

Tarifs
 
Tarif normal : 7,60€ 
Tarif réduit: 5,20€ 
-18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi, adhérents Gros Plan.
Tarif La tête qui tourne : 4,50€
Cinéday Orange (le mardi) : une place achetée = 1 place offerte

Carte d'abonnement rechargeable
5 entrées : 30€
10 entrées : 55€
Achat de la carte : 3€